Centre Hospitalier du Chinonais (Chinon)

 
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Index de l'article
Soins de nuit
Composition du service
Coordonnées
Toutes les pages

 

 

 

 

 

 

SOINS DE NUIT

 

 

 



Le travail de nuit à l’hôpital, s’il s’inscrit dans la continuité du travail effectué par les soignants en journée, n’en est pas moins particulier. Il doit conjuguer des conditions spécifiques de travail dans un environnement différent et les besoins du patient la nuit, avec sa solitude et ses angoisses.

 

En 2008,
150 agents ont travaillé de nuit sur l'année, pour un effectif de 112 Equivalent Temps Plein (ETP)
15 348 nuits travaillées (nuits de 10 heures)
176 journées de formation continue auxquelles s’ajoutent les formations en hygiène hospitalière et en sécurité incendie pour tous les agents
Le service de soins de nuit intervient sur 3 pôles répartis sur 552 lits :
Le pôle d’activités de court séjour (68 lits), regroupant les services de médecine A et B, le service de maternité avec l’activité du bloc obstétrical, les urgences et l’Unité d’Hospitalisation de Courte Durée (UHCD) avec une activité SMUR

Le pôle Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) et gériatrie (371 lits + 10 lits non ouverts), regroupant les 2 services de SSR, l’Unité de Soins Longue Durée (USLD) composée de quatre niveaux dont un service fermé, l’Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) sur le site des Groussins composé du bâtiment « Roger Ivars » sur 3 trois niveaux dont son service fermé, et de « La Résidence ».

Le pôle de psychiatrie (65 lits), qui regroupe les 2 services de psychothérapie adultes A et B et le service de soins psychiatriques pour enfants polyhandicapés.

La Maison d’Accueil Spécialisé (MAS) (48 lits) « Les Sylves » qui accueille des adultes polyhandicapés.

 

Une équipe d’encadrement composée d’un cadre supérieur de santé, d'une cadre de santé, et d’une futur cadre, assure une présence permanente auprès des équipes et font le lien avec l’institution et leurs collègues cadres des unités de jour.

 

21 heures : les agents de nuit commencent leur travail

Dans tous les services, la nuit débute par les transmissions avec les équipes d’après midi, puis un passage est effectué dans les chambres pour s’assurer qu’il n’y a pas de problème particulier éventuellement survenu au moment de la ‘relève’. Cette visite a aussi pour but de faire connaître au patient qui est le soignant qui sera présent à leurs côtés pour la nuit.

Ensuite il y a la distribution des médicaments en début de nuit et la préparation des tours de change par les aides soignants et des charriots de soins par les infirmiers. Cette préparation est entrecoupée pour les uns et les autres par les demandes ponctuelles des patients ou résidents,  c’est ce que les agents appellent « répondre aux sonnettes » .
Bien que les soins et le nursing soient individualisés, il y a une organisation des changes et des soins infirmiers qui est planifiée en début de nuit (commencement vers minuit). La charge de cette activité dure dans le temps, car il  n’y a souvent qu’un seul binôme pour une quarantaine de patients ou résidents. Les soignants de nuit sont soucieux de respecter ou de favoriser le repos des patients, c’est aussi pour cette raison que cette activité de soin nécessitant de réveiller  l’usager est organisée en début de nuit. Pour certains patients, cela leur laisse la possibilité de dormir ensuite…. Le réveil étant toujours trop matinal.
Une ronde de surveillance est effectuée en milieu de nuit, et les sonnettes ponctuent les interventions.
Dans certains services, quelques actes à caractère hôtelier (trier et plier le linge, préparer les petits déjeuners) sont effectués par les équipes de nuit.
Vers 5 heures une nouvelle ronde est faite, avec de nouveaux changes en cas de besoin, puis la nuit se termine par une mise à jour des dossiers et outils de transmissions
Quand le jour se lève, la relève arrive et le passage se fait à nouveaux par un échange entre les deux équipes, pour cette fois donner aux soignants de jour les éléments qui leurs sont nécessaire pour la prise en charge de leurs patients.
Les besoins spécifiques du patient la nuit

Les attentes du patient qui existent aussi la journée sont encore plus prégnantes la nuit.
La surveillance clinique doit être accrue pour plusieurs raisons :
la difficulté d'observer un malade dans la pénombre
la crainte des patients de déranger le personnel pour "rien"
la baisse de vigilance des malades du fait de leur fatigue ou tout simplement de leur endormissement.
Besoins spécifiques du patient
Équipe des urgences transférant un patient dans un lit
Les attentes relationnelles des malades sont renforcées par la venue de la nuit. Pour tous, l'inquiétude et l'angoisse sont présents. Cela s'ajoute à l'atmosphère qui règne la nuit : silence parfois pesant mais aussi amplification de tous les bruits. Le personnel soignant, à l'écoute du patient se doit de répondre autant que possible à ces attentes. La confiance doit être établie dans les relations et aussi dans la qualité des soins effectués.
Tous les services sont organisés autour d’une présence ‘infirmière’ pour assurer une qualité de prise en charge équivalente à ce qui peut être dispensé de jour. La continuité des soins l’exige, et la qualification des personnels de nuit permet de répondre à cette exigence.
La compétence des personnels est renforcée par une participation accrue aux actions de formation professionnelle continue. Tout le personnel de nuit a reçu une formation spécifique sur le risque incendie. Chacun se sent investit du devoir d’assurer la sécurité des patients.
Travail en équipe

L’infirmier et le binôme aide-soignant se préparant
à faire le tour de change dans le service de rééducation.
La communication professionnelle

Celle-ci est rendue difficile du fait des horaires (Direction, bureau du personnel, de la formation continue, lingerie, CGOS, amicale…). L’attention que chacun apporte pour remédier à cette difficulté est appréciée du personnel de nuit.
Au sein des services, les différentes réunions (réunions de service, staff, conseil de service, pots de départ…) sont le plus souvent organisées à l'heure du déjeuner ou en tout début d'après midi. Hélas il est souvent problématique pour le personnel de nuit d’y assister, sauf lorsqu’il est en repos la veille. A quatorze heures pour un agent de nuit, c’est l’équivalent de quatre heures du matin…
Les gardes médicales, dans les services la nuit, sont organisées sous la responsabilité d'un médecin "senior", se tenant aux urgences. Les soignants de nuit ne rencontrent qu’exceptionnellement le chef de service et ses assistants. Les liens avec les cadres de jour se font par l'intermédiaire des cadres de nuit, des courriers ou des réunions de service.
Les spécificités du travail de nuit pour le personnel soignant

Travailler de nuit relève d’un choix individuel. Souvent les motivations de départ, plus personnelles (obligations familiales, raisons financières) font place à des motivations plus professionnelles :
Une ambiance de travail plus conviviale
Une grande solidarité dans des équipes restreintes
Une autonomie plus importante dans l’organisation du travail et le sentiment d’être investi d’une responsabilité forte
Travailler de nuit c’est aussi pouvoir mieux gérer son temps et se rendre disponible pour les patients en attente de réconfort.
Personnel de nuit
Infirmière de nuit à l’EHPAD
La préparation des semainiers est réalisée près des écrans de surveillance
A ce tableau plutôt favorable s’oppose des contraintes qui font la pénibilité de ce rythme de travail.
Le sommeil est l'une des difficultés majeures des agents de nuit. Le travail nocturne s'oppose au rythme biologique circadien. Les effets de ce décalage sont divers suivant les individus : difficultés d'endormissement, insomnies, réveils précoces… Il a été calculé que les travailleurs de nuit ont une dette de sommeil d'environ deux heures par rapport à leurs collègues de jour. Le soignant doit gérer son sommeil pour ne pas accumuler une perte de sommeil préjudiciable à sa santé.
La vie sociale est perturbée par un rythme à l’envers des habitudes. Se coucher au petit matin, partir au travail au moment où ses proches se réunissent ou s’apprêtent à diverses activités, finit par isoler le travailleur de nuit de son environnement. Il faut gérer aussi cela pour garder un équilibre de vie qui soit acceptable.
La nuit, le personnel travaille la plupart du temps en binôme (infirmière/aide-soignante ou aide-soignante/agent de service). Il est donc plus facile de s'organiser en fonction des priorités. L'esprit d'équipe, que ce soit pour répondre aux attentes du malade ou en cas d'urgence, ou pour un autre service, est particulièrement important

 

Depuis le 1er janvier 2004,
la durée annuelle de travail effective est de 1476h30
sur une base hebdomadaire de 32h30

Une nuit de travail :
est de 10H00
de 21h00 à 7h00

Un agent effectue :
7 nuits sur une quatorzaine
un week-end de repos sur deux
Travailler de nuit au CHC

Les affectations sur le service de soins de nuit se font sur la base du volontariat.
La protection des travailleurs demande un suivi attentif des effets du travail de nuit sur la personne. Pour cette raison la durée des affectations est encadrée. Chaque agent, en fonction de son projet professionnel, peut renégocier son affectation de nuit avec la Direction des soins.
L'affectation au service de soins de nuit exige polyvalence et mobilité ce qui développe un sentiment d'appartenance au CHC primant sur l'appartenance à l'unité de soins.
Le changement d'affectation de service est organisé depuis plusieurs années. La durée de l’affectation est variable en fonction des unités ou de la qualification. L’avantage collectif de cette organisation permet de disposer de personnes aptes à exercer dans différents services et de pallier à tout moment à des difficultés d’organisation.

 

 



 

Rechercher

Semaine Bleue à l'USLD


  Semaine bleue à l’USLD     A l’occasion de la semaine bleue (Semaine Nationale des Retraités et Personnes Âgées) était...

Semaine Bleue à l'EHPAD - 2 au 6 octobre 2017


  Du 2 au 6 octobre 2017 : Semaine Bleue à l’EHPAD     L'EHPAD a accueilli différentes animations pendant la semaine bleue...

Mini-Olympiades USLD/EHPAD - Jeudi 28 septembre 2017


                      Jeudi 28 septembre, Mini-Olympiades USLD / EHPAD    ...

Conférence Médecine Chinoise Traditionnelle - 13/10/2017


Le mercredi 13 septembre 2017, la consultation douleur de l’Hôpital de Chinon organisait une conférence sur la Médecine Traditionnelle Chinoise,...

Semaine Bleue - 1er au 6 octobre 2017


  Des animations seront notamment proposées à l'EHPAD des Groussins (Pour voir le programme complet, cliquez ici)    
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC
  • Photos du CHC

Indicateurs qualité

 

Retrouvez les indicateurs qualité et de sécurité des soins

 dans la rubrique Cellule hygiène

•   et dans la rubrique Qualité et Gestion des risques